Billets d’avion : Ces frais cachés des compagnies aériennes low cost

Par Aurélie Teissier

·

· Compagnie aérienne

Les compagnies low cost

L’année 2023 a été caractérisée par une inflation touchant presque tous les secteurs, y compris le domaine aérien, où l’on a assisté à une hausse tarifaire sans précédent susceptible de se poursuivre. Cette situation pousse de nombreux voyageurs à se tourner vers les compagnies aériennes à bas prix. Mais est-ce une solution vraiment avantageuse ? Peut-on bénéficier de tarifs réellement bas avec les compagnies low cost ?

Les compagnies low cost
Les compagnies low cost

Les compagnies low cost : Tarifs bas, confort minimal

Les compagnies aériennes low cost attirent les clients avec des offres de tarifs attractifs, débutant à partir de 10 ou 30 euros. Cependant, à ce niveau de prix, les passagers doivent s’attendre à des limitations. Avec un billet à tarif réduit, vous êtes autorisé à embarquer uniquement avec un petit sac. De plus, le siège qui vous sera attribué pourrait ne pas répondre à vos attentes.

Des services additionnels comme le choix du siège, la priorité d’embarquement et les repas ne sont pas inclus, étant des options payantes. Cette approche est courante chez la majorité des compagnies aériennes à bas prix pour maintenir des tarifs attractifs. Si vous recherchez un confort supplémentaire, il faudra payer plus, ce qui augmentera le coût final de votre billet d’avion.

Les frais cachés : La clé du succès financier des compagnies low cost

Les compagnies aériennes à bas prix s’appuient sur un modèle économique spécifique, où les revenus additionnels jouent un rôle clé. Elles attirent en effet les clients avec des tarifs apparemment bas, tout en offrant des options supplémentaires payantes. Ces options, comme l’ajout de bagages, le choix de sièges, ou les services de cabine, peuvent finalement tripler le coût initial du billet.

VOIR AUSSI  Volotea : Des passagers furieux après un atterrissage forcé à Toulouse

Selon BFMTV, ces services additionnels peuvent constituer une part significative des revenus de ces compagnies, allant jusqu’à 56 % de leur chiffre d’affaires. Une étude citée par Le Capital révèle l’importance de ces revenus annexes pour plusieurs compagnies à bas coûts. Par exemple, Wizz Air en tire 56 % de son chiffre d’affaires global. D’autres, comme Frontier, Spirit, et Allegiant, génèrent également plus de la moitié de leurs revenus grâce à ces services.

Même pour des compagnies bien établies comme Ryanair et EasyJet, ces services représentent une part conséquente de leurs revenus, avec respectivement 44,7 % et 31,4 %. La compagnie mexicaine Viva Aerobus tire également un profit substantiel de cette stratégie.

Une approche qui ne date pas d’hier

D’après les données de l’étude, les compagnies aériennes ont enregistré un chiffre d’affaires record en 2023. Cette tendance à la hausse n’est pas nouvelle, puisqu’elles bénéficiaient déjà de revenus significatifs grâce à des options payantes depuis 2014.

À cette époque, les frais additionnels ne constituaient que 6.7 % du revenu total des compagnies low cost. Depuis lors, cette proportion a considérablement augmenté, atteignant 14,7 % en 2023, ce qui représente 117,9 milliards de dollars. Il convient de noter que le secteur du transport aérien n’a pas encore pleinement récupéré des conséquences de la pandémie.

Découvrez plus de Compagnie aérienne