Ryanair suscite la controverse avec sa nouvelle politique de frais d’embarquement

Par Aurélie Teissier

·

· Compagnie aérienne

Ryanair dans l'Airport de Porto

Beaucoup de voyageurs préfèrent utiliser les services de compagnies aériennes low-cost, réputées pour leurs tarifs plus compétitifs par rapport aux compagnies aériennes traditionnelles. Parmi ces transporteurs à bas prix, Ryanair se distingue particulièrement, non seulement pour ses prix attractifs, mais aussi pour ses frais supplémentaires souvent controversés. Récemment, une nouvelle option payante imposée par Ryanair a provoqué un tollé parmi ses clients.

Une carte d'embarquement numérique
Une carte d’embarquement numérique

Les frais cachés des compagnies low-cost

Attirés par des prix de départ séduisants, les clients des compagnies low-cost découvrent rapidement que le coût final de leur voyage peut s’alourdir significativement en raison de divers frais additionnels. Ces coûts supplémentaires, souvent incontournables pour garantir un minimum de confort, font partie d’une stratégie commerciale courante chez la plupart de ces transporteurs, leur permettant de proposer des tarifs de base très bas.

Bien que ces services additionnels soient théoriquement optionnels, les passagers se sentent parfois contraints de les payer. C’est le cas avec Ryanair, qui a récemment instauré une nouvelle politique obligeant les clients à payer pour un siège attribué aléatoirement s’ils veulent obtenir une carte d’embarquement numérique, une mesure qui a suscité l’indignation parmi eux.

L’exigence récente de Ryanair frustre les voyageurs

Il est bien connu que chez Ryanair, choisir un siège spécifique est une option payante. Toutefois, une nouvelle politique impose désormais aux passagers, même ceux n’ayant pas l’intention de choisir un siège, de payer une somme variant entre 8 et 21 £ pour obtenir leur « boarding pass numérique ».

Selon les informations relayées par Daily Mail, qui a recueilli le témoignage de Vivien Lovrin, une cliente de Ryanair sur un vol de Londres à l’Allemagne, cette politique a été une source de mécontentement. Bien qu’elle ait choisi l’option de siège aléatoire, un message lui a été envoyé disant : « Enregistrement effectué ! Obtenez votre carte d’embarquement maintenant et évitez de faire la queue à l’aéroport en ajoutant un siège ». Ce à quoi de nombreux autres voyageurs sur les réseaux sociaux ont exprimé des griefs similaires.

VOIR AUSSI  Fermeture totale des aéroports de Paris à cette date

Un autre passager, Ciaran Murtagh, a exprimé son mécontentement : « Donc, Ryanair, vous obligez les voyageurs qui ne souhaitent pas réserver de siège à faire la queue à un bureau et à faire imprimer leur carte d’embarquement ». Un autre client s’est plaint de ne pas avoir reçu de carte d’embarquement en ligne malgré le paiement pour un siège aléatoire, en se demandant : « Ryanair dit que je dois m’enregistrer en ligne, mais il ne me donne pas la carte d’embarquement en ligne pour m’obliger à payer un siège. Qu’est-ce que j’achète avec le billet, sinon un siège pour voler ? ».

Cependant, il semble que cette politique ne s’applique pas uniformément à tous les clients. D’après un média britannique, certains passagers ont obtenu leur carte d’embarquement numérique sans frais. Un porte-parole de Ryanair a clarifié que les passagers peuvent soit choisir un siège moyennant un coût supplémentaire, soit accepter gratuitement un siège attribué au hasard.

Découvrez plus de Compagnie aérienne