Partez à la découverte de Larung Gar, la plus grande école bouddhique au monde

Larung Gar, le plus grand monastère du monde

Aucunes cartes ni aucuns guides ne mentionnent son existence. Il est pourtant bien là, perché à 4 000 mètres d’altitude dans les hauts plateaux tibétains. Larung Gar, le plus grand monastère du monde abrite près de 40 000 moines et nonnes tous rassemblés pour y recevoir un enseignement du bouddhisme, prier et méditer. Découvrons ensemble l’histoire de ce lieu surprenant !

larung gar, la ville bouddhiste
Paul Ratje
larung gar sichuan chine
[email protected] break

Au Sichuan, en Chine

L’institut se cache dans une vallée verdoyante et très isolée de la région traditionnellement tibétaine du Kham, à environ 500 kilomètres de Chengdu, capitale du Sichuan. L’histoire de ce monastère perdu au milieu de nulle part remonte aux années 60.

#43
[email protected] break

A son origine : Khempo Jigmé Phuntsok

Cette aventure humaine part d’un enfant nomade qui deviendra Khempo Jigmé Phuntsok. Lorsque le territoire devient chinois, il décide de rester au Tibet plutôt que de fuir en Inde. A partir de 1960 et durant 20 ans, Jigmé Phuntsok va vivre en nomade pour échapper à la révolution culturelle. Tout au long de ses déplacements, il ordonnera de nombreux moines et nonnes.

#3
Luke Chan

Fondation d’un institut

En 1980, Khempo Jigmé Phuntsok fonde dans cette vallée isolée « l’Académie bouddhiste Larung Gar », qui deviendra la plus grande colonie bouddhiste du monde avec ses 40 000 moines et nonnes venus y suivre les enseignements du bouddhisme tibétain.

#37
[email protected] break
#24
Petri Kaipiainen

Un enseignement dans la tradition Nyingmapa

Selon les termes de Khempo, « le but de l’Institut est de fournir une formation œcuménique dans le bouddhisme tibétain, répondre au besoin de renouvellement de la méditation et de l’érudition dans tout le Tibet, dans le sillage de la Révolution culturelle chinoise de 1966 à 1976 ».

#19
Jan Reurink
#6
Jan Reurink
#4
Jan Reurink

Une surprenante mer de cabanes rouges

Tout autour du monastère se sont construites des maisonnettes destinées à accueillir les moines et les nonnes. L’intérêt grandissant des élèves pour l’Institut et leur afflux croissant en a fait une ville improbable. Un enchevêtrement de cabanes en bois entassées les unes sur les autres formant comme une étrange mer rouge.

#40bis
William Levassor
#16
[email protected] break

Lieu d’études et de prières

A Larung Gar, le quotidien des nonnes et moines est tourné vers l’enseignement. Les cours de base sont effectués en mandarin, et les transmissions les plus élevées se font en tibétain. Etudes, prières et conférences s’enchainent au quotidien. Forts de cet enseignement, les nouveaux khenpos formés ici participent au rayonnement de plus en plus grand de l’institut à travers le monde.

#17
[email protected] break
#23
[email protected] break
#44
[email protected] break

Une vallée au climat rude

L’accès à la connaissance s’effectue dans des conditions difficiles. L’hiver, les températures des hauts plateaux peuvent descendre jusqu’à -30 ° C. Les étudiants bravent ainsi la neige et le froid au nom de ce précieux apprentissage.

#5
Sjonnie van der Kist
#18
[email protected] break

Un confort sommaire

Dans les cabanes faites de 3 chambres en moyenne, les conditions sont spartiates. Les sanitaires sont communes et l’électricité distribuée à heures précises.  La télévision est interdite pour se maintenir dans la profondeur de l’étude, mais les téléphones et même les iPhones sont autorisés.

#28
L WU
#34
Jan Reurink

Le sourire envers et contre tout

Ces hommes et ces femmes sont des exemples édifiants de la capacité des peuples à consacrer leur vie à la religion, peu importe l’environnement ou l’hostilité du climat. Seules comptent l’atteinte de l’harmonie et la profondeur spirituelle de leur quête de connaissance.

#29
Sungsoo Lee
#33
Sungsoo Lee

Un lieu dans le collimateur des Chinois

Malgré l’absence de permission officielle, les autorités chinoises laissèrent d’abord se développer l’Institut. Un temps… Khempo Jigmé Phuntso subit de nombreuses pressions avant que la police armée ne rase 2 000 maisons et disperse 10 000 étudiants en 2001. Enlevé et transféré en résidence surveillée à Chengdu, Khempo décèdera le 7 Janvier 2004.

#12
Jay Huang
#47
Jan Reurink

Vers le rêve d’une liberté religieuse

Malgré la tentative chinoise de freiner la croissance de l’institut et l’enlèvement de son chef, Larung Gar renait doucement de ses cendres. Les étudiants, toujours plus nombreux, participent à la reconstruction de ce rêve de liberté religieuse.

#27
Jan Reurink
#39
[email protected] break

Une majorité de femmes

Aujourd’hui, les nonnes sont majoritaires dans la communauté, et pour la première fois dans l’histoire tibétaine, elles peuvent accéder au grade de « Khempo ». Ce titre, donné dans plusieurs traditions tel que le bouddhisme tibétain, demande une dizaine années d’études et permet d’enseigner à la communauté monastique, avec la fonction d’abbé.

#41
Petri Kaipiainen

1 000 cabanes de plus chaque année

La construction de nouvelles maisonnettes est désormais très réglementée. Chaque année, plus de 1000 cabanes voient le jour et continuent d’étendre cet incroyable imbroglio de bois au coeur d’une nature intacte.

#14bis
Chihan Chan

Un tourisme rare mais possible

Pour ceux qui souhaiteraient s’y rendre, Gar Larung peut s’atteindre en bus depuis Chengdu. Prenez patience, le voyage dure entre 15 et 20 heures. Sur place, peu de commodités: un petit hotel, un restaurant et 40000 sourires, pour le plus bel accueil…

#42
Petri Kaipiainen

35 photos magnifiques de Holi, la célébration du printemps, en Inde

25 endroits exceptionnels à visiter avant qu’ils ne disparaissent