15 choses atypiques à voir et à faire au Japon

Le Japon est connu et apprécié pour ses villes denses excentriques pour la plupart, sa cuisine gastronomique savoureuse et très diversifiée, ses palais impériaux majestueux, ses parcs montagneux volcaniques avec des jardins spectaculaires et ses nombreux temples bouddhistes et sanctuaires sacrés shintoïstes. Une façon originale, moins conventionnelle, de découvrir le Japon et de sortir des sentiers battus serait de visiter le pays sous un angle plus atypique et cibler des destinations qui sortent de l’ordinaire. Comme le Japon contient une infinité de choses à faire et à voir et dont il est presque impossible d’en faire le tour, même après plusieurs voyages, vous ne voulez certainement pas perdre de temps et d’argent dans des endroits qui présentent peu d’intérêt à vos yeux. Si vous optez pour un voyage atypique en terre japonaise, alors voici une sélection des lieux les plus insolites – dont certains pourraient vous laisser sans mots – qu’a à offrir le Japon afin de mieux vous guider dans votre planification.

Le cimetière du mont Kōya, Oku-no-In

Considéré comme un des lieux les plus sacrés au Japon, le cimetière Oku-no-In du mont Kōya regroupe pas moins de 200 000 pierres tombales sous lesquelles reposent samouraïs, moines, seigneurs, mais aussi villageois. Les occupants n’étant pas bruyants, il s’agit d’un lieu de pèlerinage parfait, apprécié pour le calme complet qui règne sur ces terres de repos. Vieilles de plus de 1000 ans pour certaines, les stèles sont recouvertes d’une fine mousse d’un vert luminescent devant lesquelles se dressent de petits portiques ornementaux, nommés Torii. Vous trouverez agréable et apaisant de vous promener entre les tombes pittoresques au milieu d’une forêt de grands cèdres centenaires. L’ambiance funèbre et fantomatique du site est exceptionnelle et invraisemblable, surtout à la tombée de la nuit. C’est ici que les sceptiques pourront commencer à croire aux réelles présences surnaturelles ! Pour mieux profiter de votre séjour, des temples bouddhistes proposent des hébergements pour passer la nuit, comprenant le repas du soir et le petit déjeuner. Vous découvrirez une délicieuse cuisine végétalienne bouddhique – à l’encontre du sacrifice de tout être vivant, le régime de vie des bouddhistes est strictement végétalien. Au matin, vous pourrez assister au rituel de la prière des moines et écouter leurs psalmodies émises en langue japonaise.

Le parc aux singes de Jigokudani

Le charmant parc aux singes de Jigokudani se situe dans la ville de Yamanouchi, au nord de la préfecture de Nagano. Comme son nom l’indique, le parc abrite bon nombre de singes et plus précisément des macaques japonais, aussi baptisés « les singes des neiges ». La particularité de ce parc est de pouvoir observer ces bêtes se baigner quotidiennement, avec tous les membres de leur famille, dans la source d’eau chaude naturelle disponible sur le site. Ces macaques descendent des forêts denses durant les journées froides hivernales pour venir faire trempette dans l’onsen naturel de Jigokudani. Cette pratique leur permet de se réchauffer et ainsi se protéger des températures glaciales que connaît le Japon en période hivernale. Le meilleur moment pour visiter les lieux et espérer voir des singes reste évidemment durant l’hiver, entre les mois de janvier et mars. Toutefois, nourris tout au long de l’année par les responsables du parc, les macaques peuvent être observés en moins grand nombre pendant les autres saisons. Pour se rendre à la zone d’observation, il faut suivre le sentier balisé pendant une trentaine de minutes. Tout au long du trajet, des pancartes contiennent des renseignements sur les habitudes de vie et les différents comportements des macaques. Juste avant d’entamer votre promenade vers le bain thermal des singes, un petit geyser expulse des eaux jusqu’à 10 mètres de hauteur. Un spectacle ahurissant difficile à manquer !

La forêt hantée d’Aokigahara

Fervents amateurs de lieux hantés et d’ambiances glauques, la forêt d’Aokigahara, aussi nommée « la forêt des suicides », pourrait vous plaire. Étendue au pied du mont Fuji, cette forêt maudite est le théâtre funeste d’une succession d’événements tragiques où nombreux ont trouvé la mort, par pendaison pour plusieurs, ou perdus dans la forêt dense en manque d’eau et de nourriture pour d’autres. Beaucoup affirment avoir été témoins d’apparitions fantomatiques et ont ressenti des présences oppressantes et malveillantes. Afin de se promener dans les bois de façon sécuritaire et pour être sûr de revenir intact, le mieux est de suivre les sentiers, tortueux soit, mais aménagés à cet effet. À chaque intersection, vous trouverez des plans clairs et précis ainsi que des panneaux de direction pour vous aider à vous orienter. Aussitôt à l’intérieur des entrailles de la forêt maudite, vous constaterez la lourdeur des lieux – la forte densité et l’épais feuillage des arbres centenaires laissent à peine passer les rayons du soleil. Née d’un sol volcanique accidenté et crevassé, la forêt abrite également trois grottes nommées la grotte aux chauves-souris, la grotte de lave Ryugudoketu et la grotte de glace Fugaku Fuketsu. Aménagées expressément pour être visitées, ces cavités volcaniques présentent un intérêt tout particulier où on peut y observer des phénomènes naturels hors du commun. Au nord de ces bois lugubres, ce cache une réserve d’oiseaux sauvages ainsi qu’un joli parc naturel, le parc Saiko Yachônomori, donnant une vue imprenable et grandiose sur le mont Fuji. Ce parc se visite autant été comme hiver, mais sachez qu’en hiver a lieu le festival hivernal « d’arbres de glace » – avec la température qui chute considérablement, les arbres se couvrent d’une couche de glace et forment ainsi des sculptures à la fois étranges et exceptionnelles. Pour rendre le décor encore plus magique, on accentue le phénomène avec des illuminations. Un spectacle unique et de toute beauté à voir sur place au moins une fois dans sa vie ! À noter qu’au printemps vous avez le festival du jardinage et en automne le festival des champignons.

Le dôme de Genbaku

Le dôme de Genbaku est le seul bâtiment qui a résisté à l’explosion de la première bombe atomique lancée sur Hiroshima en 1945. Aujourd’hui devenu le Mémorial de la paix classé au patrimoine mondial de l’UNESCO, il est possible de le visiter. Bien préservé par les habitants, le dôme est devenu le symbole de la paix. Tout autour, un vaste parc paisible a été aménagé en mémoire des disparus et pour souligner la renaissance. Ce lieu est très apprécié pour les belles balades qu’on peut y faire à travers de jolis cerisiers en fleurs. Chaque année au printemps, plus de 300 cerisiers fleurissent le long de la rivière Motoyasu. Il est possible de les contempler également à partir de la rivière à bord d’un bateau de croisière, où vous aurez une superbe vue sur le parc et le dôme de Genbaku. Juste en face de l’entrée du parc, vous pourrez visiter le musée du Mémorial de la paix de Hiroshima dans lequel sont exposés nombreux documents, photos, vidéos et maquettes révélant des faits historiques avant et après le bombardement.

Kakashi no Sato ou « le village des poupées »

Nagoro est un petit village situé sur l’île de Shikoku, aussi nommé Kakashi no Sato ou si vous préférez, « le village des poupées ». La particularité de cet endroit est la présence de nombreuses poupées grandeur nature disposées ici et là dans le village dans des positions représentant la vie quotidienne. Certaines sont à l’intérieur des maisons, assises devant une tasse de thé ou debout donnant l’impression qu’elles s’affairent à une tâche. D’autres sont à l’extérieur, soit dans les champs, devant une épicerie abandonnée ou à l’arrêt de bus par exemple. L’idée de fabriquer ces poupées de tissus vient de l’imagination débordante de Mme Ayano Tsukimi, une villageoise parmi la trentaine d’habitants vieillissants qui restent encore à Nagoro. La conception de ces mannequins aux allures presque vivants naît de l’espoir de redonner vie au village quasi désertique – une réalité rencontrée dans nombreux autres lieux du Japon. Si vous êtes de passage à Shikoku, faites un saut à Nagoro pour vous balader dans les rues du village et voir de vos propres yeux ces magnifiques poupées. Mme Tsukimi se fera un plaisir de vous accueillir et de vous confier ses méthodes de fabrication.

Les konbini au Japon

Avez-vous déjà entendu parler des konbini au Japon ? De quoi s’agit-il ? Eh bien, le terme japonais « konbini » signifie un commerce de proximité ouvert 24h/24, 7j/7 et 365 jours par année – un concept pratique non ! Ces supérettes aux services multiples sont omniprésentes dans les rues japonaises, notamment dans les grandes villes comme Tokyo. Dans un konbini, vous trouverez une vaste gamme de produits d’alimentation certes, mais aussi des produits autres tels que des magazines, des produits d’hygiène, des produits pharmaceutiques, des mangas, des jeux vidéo, des timbres et davantage. Certains ont un service de bureau de poste ainsi que des photocopieurs et des télécopieurs à disposition. D’autres ont un service de lessive et de repassage à la vapeur. Au Japon, attendre les heures d’ouverture pour se procurer quelques biens essentiels ou profiter d’un service quelconque, ça n’existe pas. Tout est à portée de main, n’importe quand ! Il suffit de sortir et se rendre dans un konbini au coin de la rue !

L’île aux lapins, Ōkunoshima

Sur la petite île de la mer intérieure du Japon, Ōkunoshima, une population grandissante de lapins habite les lieux en toute liberté. Jadis ancien site industriel, l’île servait à la production d’armes pendant la Seconde Guerre mondiale. Aujourd’hui, seuls les lapins abandonnés sont restés pour devenir la principale population de l’île. L’endroit est maintenant un centre attractif pour les visiteurs qui peuvent découvrir l’île et ses petits habitants au pelage velouté. Il est possible de dormir en ces lieux inédits dans une chambre à la japonaise sur tatami; un tapis de sol. La visite peut se faire à pied, par une belle balade le long du littoral et à travers les ruines urbaines en compagnie des petites bêtes, qui sautillent ici et là à la recherche de nourriture. Vous pouvez aussi louer un vélo électrique afin de faire le tour de l’île plus rapidement et monter en son sommet pour admirer le panorama côtier. Les lapins déambulent partout au milieu des routes, sur les plages, dans les forêts et parmi les infrastructures abandonnées – vous ne pouvez les éviter ! Mieux vaut interagir avec eux en leur donnant de la nourriture vendue à cet effet – une activité agréable et originale à faire avec les enfants. Hormis socialiser avec ces nombreuses et jolies petites créatures, vous pouvez cohabiter avec elles en faisant du camping sur l’île et vous adonner à la baignade en saison estivale.

Prendre un café avec les chats

Vous aimez les chats ? Sachez qu’au Japon ont ouvert leurs portes bon nombre de bars à chats ou cafés à chats, nommés aussi des « neko cafés » – neko signifiant « chat » en japonais. Le but consiste à prendre votre breuvage favori en compagnie de chats domestiques. Ce type de café à thème est très populaire auprès des japonais et permet de vivre un moment de détente qui sort de l’ordinaire. Les appartements étant très petits et les animaux souvent interdits expliquent l’énorme succès des cafés à thème au Japon. Très appréciés pour leur ambiance zen et apaisante, les neko cafés sont des endroits cosy où l’on peut relaxer en prenant un verre, entouré de ces félins poilus qui déambulent un partout dans l’établissement selon leur convenance. Vous pouvez les câliner et jouer avec eux, mais pour le bon fonctionnement des lieux et le respect de ces petites bêtes, des règlements sont à suivre : ne pas les retenir contre leur gré, ne pas les réveiller, ne pas utiliser le flash des appareils photo… Afin de prolonger votre pause détente, des magazines, des mangas et l’accès à Internet sont à disposition.

L’île abandonnée de Ha-shima

Aujourd’hui inhabitée, Ha-shima, aussi nommée Gunkan-jima, est une petite île japonaise située au large de Nagasaki qui se visite uniquement dans le cadre de tours guidés. Ayant connue des heures glorieuses grâce au gisement houiller découvert au XIXème siècle, l’île est devenue un des lieux les plus peuplés au monde dans les années 1960. Avec la transition énergétique vers le pétrole, les activités d’exploitation de la mine de charbon cessèrent, ce qui entraîna la fermeture de l’île et le départ des ouvriers et des habitants. Laissée à l’abandon, cette île fantôme, ou île bateau en raison de son apparence, est intéressante à visiter pour ses constructions et ses bâtiments délabrés, aux façades éventrées par les intempéries et l`usure du temps. Les paysages glauques de l’île abandonnée ont même servi de décor pour les films L’Attaque des Titans et Skyfall, le James Bond de 2012.

Udo-jingu, le sanctuaire caché dans la falaise

Udo-jingu est un sanctuaire shinto situé dans la préfecture de Miyazaki sur l’île de Kyushu. Il a été érigé en l’honneur du premier empereur fondateur du Japon, Ugayafukiaezu. La légende raconte que le plafond de la cavité ayant la forme de la poitrine d’une femme aurait nourri cet ancêtre spirituel. Aujourd’hui, la croyance populaire veut que toute femme buvant l’eau, qui s’écoule de la paroi rocheuse de la grotte, devienne fertile et connaisse une grossesse heureuse. Face à l’océan Pacifique, le sanctuaire a été construit en 1711 à l’intérieur d’une grotte à flanc de falaise. Ce cadre unique et particulier est le point central de la visite offrant une vue spectaculaire sur la mer tropicale en mouvance le long du littoral et la végétation luxuriante. Les nouveaux mariés et les jeunes couples viennent prier au sanctuaire pour solidifier leurs liens amoureux et les femmes dans l’espoir de devenir fertiles ou réussir un accouchement sans complications. En été, les visiteurs sont accueillis avec une glace au hyuga-natsu – un agrume japonais cultivé dans la région. Il s’agit d’une boisson rafraîchissante de bienvenue d’abord, mais surtout de garantie à une réussite financière pour tous ceux qui la savourent. Il serait embêtant de passer à côté !

Jigoku Meguri ou « les huit enfers de Beppu »

Jigoku Meguri est le nom japonais attribué aux sources d’eau chaude naturelle présentes dans les quartiers de Kannawa et Kamegawa à Beppu, dans la préfecture d’Oita sur l’île de Kyushu. Aussi connues comme « les huit enfers de Beppu », les sources d’eau chaude sont disséminées à travers la ville laissant échapper de la fumée à cause de la chaleur intense – ce qui crée un décor urbain assez étrange digne d’un bon film d’horreur. On ne visite pas Beppu pour son centre-ville – ses magasins et ses bars sont peu nombreux et les enseignes ferment très tôt. Alors, quel est l’intérêt de s’y rendre ? C’est dans les quartiers typiques de Kannawa et de Kamegawa qu’il faut s’attarder – des lieux plus propres et élégants avec des ruelles pavées étroites, de coquettes maisons traditionnelles faites en bois, entourées de paysages plus accueillants et évidemment, de nombreux onsen; bain thermal japonais. Vous en trouverez six à Kannawa et deux à Kamegawa occupant toutes des particularités bien distinctes. À noter que ces onsen ne sont pas des endroits propices à la baignade – la température des eaux dépasse souvent les 100 °C. En revanche, vous pouvez vous promener dans les petits parcs à thèmes pour découvrir d’une autre façon les sources de Beppu et contempler leur beauté. Vous pouvez également acheter des sels et des savons conçus avec les propriétés bénéfiques extraites des eaux des bassins. Si vous souhaitez tout de même faire trempette, profitez de l’un des nombreux bains publics à ciel ouvert disponibles un peu partout, à température beaucoup moins élevée. Pour rendre l’expérience encore plus complète, prolongez votre séjour en vous offrant une nuit dans un ryokan; une auberge traditionnelle japonaise.

Takeshita Dori

L’avenue principale Takeshita Dori, située dans le quartier excentrique de Harajuku à Tokyo, fait pas loin de 400 mètres de long. Se promener dans cette jungle piétonne aux commerces multiples de boutiques de mode, de salons de thé, de cafés et de restaurants aux saveurs variés est une expérience unique à vivre lors de votre passage à Tokyo. Vous y trouverez des vêtements aux dernières tendances japonaises et de grandes marques, des chips Calbee, de la barbe à papa et de délicieuses crêpes que vous aurez peut-être la chance de savourer si les files d’attente ne sont pas un obstacle pour vous. Sur la rue très animée, prenez le temps de vous faufiler dans une cabine purikura pour prendre des photos instantanées que vous pouvez personnaliser avant l’impression – ça vous fera un petit souvenir à rapporter à la maison et une preuve de votre passage sur la folle avenue de Takeshita Dori.

Faire un tour en hélicoptère à Tokyo

Pour un point de vue différent sur Tokyo, plusieurs compagnies aériennes proposent des circuits de vols en hélicoptère depuis l’héliport de Maihama sur l’île artificielle d’Odaiba. Une fois dans les airs, vous pourrez admirer les gratte-ciel et les immeubles de Shinjuku, les polders d’Odaiba, le grand parc impérial avec son palais et le quartier d’Ueno. Vous passerez près de la tour de Tokyo et tournerez tout autour du sommet de la Tokyo Skytree; la plus haute tour au monde. La durée du vol prend entre 10 et 15 minutes – un délai court soit, mais l’expérience est hautement satisfaisante. Pour des sensations encore plus spectaculaires, choisissez votre vol le soir ou juste avant la tombée de la nuit pour contempler le beau coucher de soleil depuis les airs. Lorsque la noirceur de la nuit s’installe, les lumières de la ville s’éveillent alors offrant un spectacle lumineux et coloré ahurissant vue d’en haut.

Assister à un entraînement de sumo

Voir un tournoi de sumo au Japon peut être très onéreux, sans compter qu’il est difficile d’obtenir des places, car il s’agit de tournois très populaires au Japon. Tout de même, pour satisfaire votre curiosité, il est possible d’assister à des entraînements de sumo gratuitement dans une heya – un endroit où les rikishis (lutteurs de sumo) vivent et s’entraînent. Plusieurs heya acceptent les visiteurs, d’autres n’accueillent que les Japonais ou les étrangers accompagnés de Japonais et certains refusent même les femmes – une interdiction plus rare aujourd’hui. Assurez-vous donc au préalable d’être le bienvenu en prévenant à l’avance de votre présence. On vous demandera d’arriver avant 8 heures en avant-midi, car les entraînements débutent très tôt le matin. Une fois sur place, on vous serez contraint de respecter certaines règles afin de ne pas déranger les rikishis lors de la pratique du sport. Ce faire le plus discret possible est de mise !

Conduire un kart dans les rues du Japon

Une expérience complètement folle et unique à vivre absolument au Japon : conduire un kart dans les rues des grandes villes du pays, déguisé en personnage de dessins animés ou de jeux vidéo. Dans la peau de Mario Bross, d’un minion ou de Spiderman, au volant de ces véhicules de compétition, il s’agit là d’une façon loufoque de visiter Tokyo, Osaka, Yokohama, Okinawa ou Kyoto. Tous équipés de rétroviseurs, d’un pare-chocs ainsi que d’un petit drapeau mis en évidence pour que les autres automobilistes vous voient, les karts sont simples d’utilisation et peuvent rouler jusqu’à un maximum de 55 km/h. Avec un plein d’essence, ces petits bolides permettent une balade d’environ 80 kilomètres. Lors de votre réservation, différents circuits vous seront proposés variant de une à trois heures. Bonne visite !