Les 15 plats les plus répugnants au monde

Pour tous les voyageurs, l’une des meilleures manières de découvrir un pays est l’assiette. La cuisine, qui n’a pas de frontières, est en effet une invitation à l’évasion, car elle raconte toujours une histoire. Si vous pensiez avoir l’estomac solide, c’est toutefois le moment de reconsidérer la question, avec ce petit tour du monde des plats répugnants, comme des œufs pourris, des araignées frites, des chenilles braisées ou encore du cochon d’Inde frit. Comme le dit l’adage, les goûts et les couleurs, ça ne se discute pas – mais nécessite quand même de braves papilles !

1 – Le casu marzu ou fromage aux larves de mouche (Sardaigne)

Le casu marzu, qui signifie littéralement « fromage pourri » est un fromage de brebis infesté d’asticots vivants mesurant environ 8 mm, qui se meuvent dans une pâte coulante et crémeuse. Spécialité de la Sardaigne est, il est généralement consommé à la petite cuillère, accompagné d’un pane carasau, un pain sarde mince et croquant, et d’un verre de Cannonau, le vin rouge local. Déjà peu ragoûtant, le casu marzu est considéré comme le fromage le plus dangereux au monde selon le Livre Guinness des records. Son état de décomposition extrêmement avancé le rendrait toxique, et les larves seraient capables de rester vivantes dans l’organisme. Installées dans le tube digestif, elles pourraient causer des lésions intestinales, des myiases, des douleurs abdominales, des nausées, des vomissements et des diarrhées. De plus, pour le déguster, il est conseillé de se prémunir de lunettes, car les vers sont capables sauter hors du fromage à une distance de 15 cm ! Pour toutes ces raisons, le casu marzu est interdit à la vente en Europe et aux États-Unis, et n’est trouvable qu’au marché noir à un prix exorbitant. Les gourmets les plus audacieux qui ont eu le plaisir d’y goûter ne comprennent pas, eux, pourquoi on en fait tout un fromage.

allthatsinteresting.com

2 – L’ikizukuri ou poisson mort-vivant (Japon)

Non, nous n’avons pas affaire à un poisson-zombie, mais à une spécialité culinaire japonaise proche du sashimi. Le poisson, que le chef fait préalablement choisir au client dans un aquarium, est découpé vivant en filets, puis servi dans un plateau de glace, le cœur toujours battant. Si l’ikizukuri est incontestablement le plat de poisson le plus frais au monde, il est aussi le plus dérangeant. Les plus sensibles préféreront le manger les yeux fermés, afin d’éviter de voir la chair, la bouche et la queue se contracter au contact des baguettes.

foodtravelworld.blog

3 – L’œuf de cent ans (Chine)

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, l’œuf de cent ans n’est pas centenaire. Cette mystérieuse préparation chinoise, appelée aussi pidan, consiste à conserver un œuf de canne ou de caille dans une pâte à base d’argile, de cendre, de chaux, de sel et de feuilles de thé pendant une quinzaine de jours. Ce mélange entraîne alors des réactions chimiques qui vont métamorphoser l’œuf, puisque le blanc va brunir, en devenant une gelée noirâtre, et le jaune, virer au vert foncé et dégager une forte odeur de soufre et d’ammoniac. Des effluves peu appétissants qui ont poussé CNN à comparer, en 2011, les œufs de cent ans à des « œufs pondus par le diable ». Un avis que ne partagent bien évidemment pas les Chinois, qui trouvent plutôt un goût divin à cette spécialité onctueuse qu’ils dégustent généralement froide, avec une sauce au gingembre.

- publicité -