La Grèce introduit une nouvelle taxe pour les voyageurs en 2024

Par Gaelle

·

· Grèce, Idée de voyage

Village Oia à santorin, Grèce

La Grèce, destination prisée des touristes, introduit une taxe climatique sur l’hébergement à partir de ce mois de janvier 2024. Cette mesure, qui concerne les séjours touristiques, entre en vigueur au cœur de la haute saison touristique, s’étendant de mars à octobre. Une initiative qui s’inscrit dans une démarche environnementale visant à atténuer l’impact touristique sur le climat. Les visiteurs devront ainsi prendre en compte cette dépense supplémentaire lors de la planification de leurs voyages en Grèce durant cette période.

Santorin,Grèce

Taxe de résilience climatique en Grèce

Les touristes explorant les destinations pittoresques du monde sont souvent confrontés à des coûts supplémentaires imprévus, affectant leur budget de voyage. La Grèce, destination de choix pour de nombreux voyageurs, a récemment introduit une taxe supplémentaire pour ses visiteurs en 2024.

Face aux conséquences dévastatrices des incendies de forêt et des inondations, le gouvernement grec a mis en place une taxe de résilience climatique sur l’hébergement. Cette mesure, effective dès ce mois, vise à générer des fonds pour la reconstruction et le renforcement de la résistance aux défis climatiques.

Désormais, les touristes séjournant en Grèce devront payer des taxes supplémentaires sur leur hébergement, augmentant ainsi leurs dépenses totales. Ce système de taxation est conçu pour être en vigueur uniquement durant la haute saison touristique, s’étendant de mars à octobre, selon les informations de SchengenVisaInfo.

Les frais additionnels selon la catégorie d’étoiles

Les touristes devront à présent ajuster leurs budgets de voyage en fonction des nouvelles taxes d’hébergement, qui varient en fonction de la catégorie de leur logement. Selon le classement officiel, ces taxes fluctueront entre 1 et 4 euros par nuit. Les visiteurs séjournant dans des établissements une ou deux étoiles seront soumis à une taxe modeste de 1,50 € par nuit.

VOIR AUSSI  Top 10 des destinations de rêve pour une lune de miel inoubliable

Dans une gamme légèrement plus élevée, les hôtels trois étoiles imposeront une taxe de 3 € par nuit à leurs clients. Pour ceux qui privilégient un hébergement de luxe, les hôtels quatre étoiles appliqueront une surtaxe de 7 €, tandis que les établissements cinq étoiles exigeront une taxe substantielle de 10 € par nuit. Cette structure tarifaire vise à aligner les coûts additionnels sur le niveau de confort et de services offerts par chaque catégorie d’hébergement.

L’impact négatif potentiel de la taxe sur le tourisme en Grèce

D’après la même source, l’introduction de cette nouvelle taxe touristique en Grèce suscite des inquiétudes parmi les professionnels du secteur, notamment exprimées par Grigoris Tasios, président de l’Association Panhellénique des Hôteliers. Tasios craint en effet que cette taxe dissuade les touristes de choisir la Grèce comme destination de vacances.

Néanmoins, il est à noter qu’en basse saison, de novembre à février, cette taxe de résilience climatique sera alignée sur le montant de l’ancienne taxe sur les lits. Cette mesure vise à alléger le fardeau financier durant les périodes creuses du tourisme.

De son côté, le gouvernement grec anticipe que cette nouvelle imposition générera un revenu supplémentaire estimé à 300 millions d’euros en 2024. Ces fonds devraient permettre de doubler le budget alloué aux réserves spéciales.

Contrairement à la précédente taxe sur l’hébergement, cette nouvelle taxe climatique sera également applicable aux locations de courte durée effectuées via des plateformes en ligne.

Découvrez plus de Grèce, Idée de voyage