Stockage de la pâte à crêpes dans les égouts, un véritable scandale à Paris

Par Gaelle

·

· Paris

Préparation de crêpes

Le dimanche 8 octobre 2023, Le Parisien a levé le voile sur un véritable scandale sanitaire à Paris. De la pâte à crêpes, vendue à la sauvette, est stockée dans les bouches d’égout au Champ de Mars, pas loin de la Tour Eiffel. Cette enquête, menée par le quotidien, a soulevé des inquiétudes sérieuses quant à l’hygiène et à la sécurité alimentaire.

« Assemblés autour d’une trappe ERDF sous la tour Eiffel, des hommes en soulèvent le couvercle en ciment, et extraient un seau en plastique rempli de pâte à crêpes, ainsi que des sacs-poubelle remplis de bouteilles de mousseux », rapporte le quotidien français.

D’après les révélations d’un vendeur au micro du même média, nombreux sont les marchands qui font recours à un stockage dans des conditions improbables et mettent du sucre vanillé pour cacher l’odeur désagréable et le mauvais goût de ces crêpes. La situation est plus inquiétante que cela, car la pâte à crêpes n’est pas la seule à être stockée de la sorte.

Préparation de crêpes
Préparation de crêpes

Conservation d’aliments dans les bouches d’égout : Risques sanitaires majeurs

La pâte à crêpes n’est, en effet, pas le seul aliment qui est conservé dans les bouches d’égout au Champ de Mars. Ces vendeurs informels stockent aussi des boissons ou même de la viande dans ces endroits potentiellement dangereux pour la santé des consommateurs.

D’après les témoignages des habitants de la région, ces aliments sont aussi stockés dans les trappes ERDF ou du chauffage urbain. Il s’est aussi avéré que les vendeurs sont livrés par des camions non réfrigérés. Une riveraine n’a alors pas hésité à avertir la mairie du 7e arrondissement de Paris.

VOIR AUSSI  Les meilleurs bars de Paris et ses environs où profiter de la magie de Noël

Intervention policière face au scandale sanitaire au Champ de Mars

Cette situation alarmante a poussé la police à mener des inspections régulières au 7e arrondissement. Ces contrôles ont pour objectif de faire respecter les lois et de garantir la sécurité publique.

Par conséquent, les forces de l’ordre ont mis la main sur de nombreux aliments cachés. La même source a affirmé qu’à chaque inspection, « les policiers saisissent et détruisent 30 kilos de marchandises. Pendant la semaine du 11 au 16 septembre, ils ont saisi 380 bouteilles d’eau, 50 de vin, 200 de bière et 90 épis de maïs ».

Contrôles insuffisants et concurrence déloyale près de la Tour Eiffel

Cependant, d’après l’Union des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie Île-de-France, il y a matière à nuancer cette perception. Le président de l’organisation, Franck Delvau, a vivement pointé du doigt le déficit de contrôles dans cette affaire. Il a averti l’URSSAF, qui lui a signifié son incapacité à assurer une surveillance exhaustive de l’ensemble des vendeurs à la sauvette opérant aux abords de la Tour Eiffel. Cette situation est d’autant plus préoccupante étant donné que ces vendeurs ne se conforment pas aux normes d’hygiène préconisées.

Franck Delvau a, par ailleurs, mis en lumière le fait qu’il n’y ait pas de dispositifs pour se laver les mains, que la qualité des produits soit sujette à caution, et que les bouteilles d’eau soient remplies au robinet. Le président de l’Union des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie Île-de-France a également dénoncé une concurrence déloyale envers les restaurateurs de la région qui, « eux, s’acquittent de leurs loyers, de leurs charges et doivent faire face aux inspections des services d’hygiène ».

VOIR AUSSI  Les musées de la mode les plus prestigieux à travers le monde !

Découvrez plus de Paris