Visiter les Pouilles : les plus beaux endroits à visiter en Italie | Atterrir.com

Visiter les Pouilles : les plus beaux endroits à visiter en Italie

Guide de voyage Les Pouilles, Italie

Visiter Les Pouilles

La région des Pouilles est située dans le sud-est de l’Italie, plus précisément dans « le talon de la botte » de la péninsule entre la mer Adriatique et la mer Ionienne. Ses multiples visages sauront vous surprendre, tels ses trésors architecturaux ainsi que ses paysages de carte postale alternant des villes blanches, des plages de sable fin, des criques oubliées, des grottes secrètes et des champs de tournesols, de vignes et d’oliviers s’étendant à perte de vue. Ajouté à cela un soleil permanent, une gastronomie authentique et des fêtes folkloriques qui vous garantissent un véritable dépaysement des sens !

Si la région des Pouilles est une destination plutôt méconnue des voyageurs, cette discrétion lui a permis de garder intact ses espaces naturels comme le parc national du Gargano et la réserve naturelle de Torre Guaceto. Depuis, avec ses 800 kilomètres de côte, elle possède également quelques-unes des plus belles plages de la côte Adriatique telles la Baia delle Zagare, la cala Porto et la torre Sant’Andrea. Également, des villages endormis aux maisons blanchies à la chaux à l’instar de Polignano a Mar et de Cisternino vous donneront envie d’oublier la civilisation pendant une parenthèse.

Alors, par quoi commencer pour visiter Les Pouilles et que faire dans les Pouilles si vous projetez voguer de découvertes en surprises en une semaine ? On va vous guider et vous confier tous nos coups de cœur sur les endroits incontournables dans les Pouilles !

Bari

blog-italie.com

Bari est la capitale de la région des Pouilles. C’est une charmante ville portuaire, située sur la côte Adriatique, mêle harmonieusement modernité et traditions. Si le centre historique – Vecchia Bari – est égrainée de ruelles médiévales, de maisons blanchies à la chaux ainsi que de palais et d’églises anciens, les quartiers contemporains dévoilent un tout autre visage. Tel un bond dans le futur, ils présentent de longues avenues commerciales, un centre universitaire, des jardins et des musées.

Les amateurs de vieille pierre pourront apprécier :

  • La basilique San Nicola : datée du XIe siècle, cet édifice roman est un lieu de pèlerinage important car elle abrite les reliques de Saint Nicolas – à l’origine du fameux Père Noël.
  • Le château normand-souabe : une forteresse du XIIe siècle, considérée comme l’une des fortifications les plus importantes de la région.
  • La cathédrale San Sabino : un sanctuaire roman construit au XIIe siècle sur les ruines d’une ancienne église byzantine.
  • Le château Svevo : un bâtiment normand-suève édifié en 1131 à l’emplacement d’un fort romain

Ces musées se prêtent à une pause culturelle :

  • Le palais Simi : où siège le Centre Opérationnel pour l’archéologie et un musée retraçant l’histoire de la ville. Sous le bâtiment, à trois mètres de profondeur, se trouvent les ruines d’un palais byzantin, construit à l’emplacement d’un palais romain.
  • Le musée Diocésain : qui présente l’histoire de la cathédrale San Sabino et des parchemins du XIe siècle.
  • La pinacothèque de Bari : qui expose des peintures d’artistes originaires des Pouilles du Moyen-âge au XXe siècle.

Pour une pause farniente, vous avez l’embarras du choix :

  • Le Lido San Francesco : une plage sablonneuse bordée par des eaux cristallines, à 4 kilomètres du centre-ville. Notez qu’elle est privée.
  • La plage de Pane e Pomodoro : une plage urbaine recouverte de sable au nord, et de galets au sud. Elle est entourée d’une jolie promenade.
  • La plage de Torre Quetta : une plage de galets s’étendant sur environ 2 kilomètres au sud de Bari.
  • La plage de Giovinazzo : un cordon de sable fin située dans la municipalité de Giovinazzo, à 18 kilomètres de Bari.
  • La plage de San Vito : une baie isolée parsemée de rochers et de piscines naturelles, sise dans le village de Polignano a Mare.

Alberobello

tipicatour.com

Alberobello est un petit village perché sur une colline. De loin, il ressemble à une champignonnière avec ses surprenantes maisons blanchies à la chaux coiffées d’un toit conique, adossées les unes aux autres le long de ruelles escarpées. L’architecture étrange de ces habitations, appelées « trulli », est d’origine préhistorique et privilégie aussi bien les pierres sèches que l’absence de mortier. La légende veut qu’au XVIe siècle, les paysans préféraient loger dans les trulli afin de pouvoir les démonter rapidement en cas de recouvrement de la taxe sur les habitations fixes. Contrairement à cette anecdote, ils sont loin d’être précaires, car la plupart d’entre eux ont été préservés à travers les siècles et sont même toujours fonctionnels. De passage à Alberobello, nous vous conseillions de choisir un trullo en guise d’hébergement, vous vivrez une expérience hors du commun ! Enfin, sachez que la localité a été classée au Patrimoine de l’Humanité par l’Unesco en 1996. Vous trouverez bien évidemment des trulli dans toute la vallée d’Itria, mais également dans les communes de Martina France, de Locorotondo et de Cisternino.

À Alberobello, vous aurez l’opportunité de visiter deux musées pittoresques :

  • Le musée de l’Huile : qui vous dévoile le secret de fabrications de l’huile d’olive avec des outils du XIXe siècle.
  • Le musée du Territoire : niché dans un complexe de 15 trulli contigus et communicants – dont le plus ancien date du XVIIIe siècle – parfois appelé « Casa Pezzolla ». Vous pourrez y admirer des scènes de vie champêtres du temps passé ainsi qu’une histoire des trulli.Pour des aventures vertes, rendez –vous au parc de Bosco Selva Alberobello, situé à 2 kilomètres du centre d’Alberobello. Cette oasis foisonnant de chênes verts est idéale pour un pique-nique ou une flânerie solitaire.

Monopoli

photosgratuite.eu

Monopoli – qui signifie en grec « ville unique » – mérite bien son nom. Située à 43 kilomètres au sud de Bari, elle vous garantit de belles aventures dans un cadre hors du temps. Des remparts millénaires, un front de mer idyllique, un marché pittoresque et des plages de sable fin sauront répondre à vos envies de dépaysement.

Ici, l’histoire s’exprime à travers de beaux monuments :

  • La cathédrale : une église baroque du XVIIIe siècle, avec un clocher de près de 60 mètres de haut.
  • Le château de Charles V : construit en 1552 sur un promontoire rocheux. Il permet d’admirer une vue panoramique sur l’océan et la campagne verte émaillée de trulli et de « masserie » pittoresques.
  • Le Porta Vecchia : un port pittoresque auquel sont amarrés les gozzi des pécheurs traditionnels. Vous pourrez venir tôt le matin les observer en train de préparer leurs filets, ou y flâner au coucher du soleil.

C’est l’heure de la pause farniente :

  • La cala di Paradiso : une baie sablonneuse entourée de rochers, et bordant une mer émeraude.
  • La plage de Capitolo : un ruban de sable fin agrémenté de dunes et d’une végétation méditerranéenne.
  • La cala Monaci : une anse à l’abri des regards, entourée de falaises escarpées.
  • La cala Corvino : une crique sauvage encadrée par de hautes falaises dissimulant des grottes naturelles.
  • La cala Porto Rosso : une charmante crique de sable fin qui doit son nom à la présence d’un ancien abattoir dans la région, qui rejetait dans la mer le sang des animaux abattus…
  • Le plage de Porto Nero : une bande de sable fin frangée de rochers qui se décline en pente douce vers des eaux limpides et peu profondes.

Des fêtes folkloriques rythment l’année à Monopoli :

  • La fête de la Madonna della Madia, qui a lieu chaque année les 16 décembre et le 15 août. Elle commémore l’arrivée miraculeuse d’une icône byzantine de la Vierge à l’Enfant à bord d’un radeau sur le rivage.
  • La fête des Saints Médicis, Cosma et Damiano : célébrée le premier week-end du mois de juin. Elle donne lieu à une procession à travers la vieille ville, une bougie à la main. C’est aussi le moment où l’on sert la traditionnelle focaccia aux pommes de terre.

Ostuni

StevanZZ Photography Art

Ostuni est l’un des autres joyaux de la vallée d’Itria. Cette ville attachante de la province de Brindisi est nichée sur un plateau verdoyant recouvert de vignes et d’oliviers. Son paysage architectural singulier, caractérisé par des maisons basses blanchies à la chaux blotties entre les murailles, qui lui vaut souvent le surnom de « cité blanche ». Vous aurez du plaisir à vous perdre dans ce décor suranné, flânant dans un dédale de ruelles étroites, d’escaliers et de petites places intimistes bordées de boutiques artisanales et de terrasses. De ses hauteurs, vous pourrez également profiter d’un panorama exceptionnel sur la campagne environnante jonchée de « masserie », des anciennes fermes typiques à la région, et sur la mer Adriatique.

Les principaux monuments d’Ostuni sont :

  • La cathédrale de l’Assomption : une vaste église de style gothique tardif du XIVe siècle. Elle est remarquable pour sa façade ornée d’une magnifique rosace et ses chapelles baroques.
  • L’église du Saint-Esprit : un sanctuaire édifié en 1637, avec un étonnant portail Renaissance plus ancien que l’église – daté de 1450. Elle recèle de beaux tableaux religieux.
  • Le palais épiscopal (ou palais Vescovile) : une résidence du XVIIIe siècle reliée au Vieux Séminaire par une loggia voûtée surmontée d’un putto ailé.
  • La colonne de Saint Horonce : un obélisque érigé en 1771 en l’honneur de Saint Oronce qui aurait protégé la ville de la peste.

Ostuni est une ville chargée d’histoire, et également une station balnéaire offrant 20 kilomètres de plages ensoleillés pour les amoureux de mer et d’embruns :

  • La plage de Torre Pozzella : une kyrielle de petites criques sauvages cachées par des falaises verdoyantes. Elle doit son nom aux « pozzi » ou puits qui abondent la région.
  • La plage de Lido Morelli : cette bande de sable fin est jonchée de dunes et encadrée par une exubérante végétation méditerranéenne.
  • La plage de Quarto di Monte : une jolie baie sablonneuse à quelques encablures du port de Villanova. Elle accueille notamment les noctambules pendant la période estivale.
  • La plage Lamaforca : cette grande crique, cerclée d’une épaisse végétation méditerranéenne, borde une mer cristalline sur laquelle glisse quelques voiliers.
  • La plage de Rosa Marina : une étendue de sable fin constellée de dunes sise dans le village du même nom – à 8 kilomètres du centre d’Ostuni.

Ostuni est aussi une localité qui sait faire la fête :

  • La Cavalcata di Sant’Oronzo : célébrée du 24 au 27 août de chaque année en l’honneur de Saint Horonce. Elle est marquée par une procession de cavaliers napoléoniens en costume écarlate à travers les rues de la ville.
  • La Sagra dei Vecchi Tempi : qui se déroule tous les 15 aoûts. Elle met en avant les spécialités gastronomiques des Pouilles.

Lecce

thethinkingtraveller.com

Lecce est surnommée à juste titre la « Florence du Sud », car c’est un véritable musée en plein air. La ville surprend agréablement avec sa collection de monuments historiques et de chefs-d’œuvre baroques ornés de gargouilles et de chérubins admirablement sculptés. Ces merveilles architecturales ont été construites avec une roche particulière appelée « pierre de Lecce », qui leur confèrent une belle couleur miel. Votre étonnement ne s’arrêtera pas là lorsque vous découvrirez ses places pittoresques, ses espaces verts ainsi que sa gastronomie riche illustrée par des vins rouges délicieux et une cuisine du terroir – tel le fameux « rustico leccese ».

Vous pourrez avoir un aperçu de ce que Lecce a de beau à offrir en embarquant à bord d’un petit train touristique (trenino) qui sillonne le centre historique.

  • La basilique de Santa Croce : une église du XVIIe siècle construite en pierre de Lecce. Elle est remarquable pour sa façade baroque ornée d’une rosace et d’une pléiade de sculptures finement ciselées.
  • La cathédrale de Lecce : un temple du XVIIe siècle située sur la Piazza del Duomo. L’extérieur est présente une façade nord est agrémentée de statues et de sculptures ainsi qu’un joli clocher, tandis que l’intérieur abrite 12 chapelles et une profusion de tableaux du XVIIe et du XVIIIe siècle.
  • La chiesa di San Matteo : un monument religieux du XVIIe siècle parfois éclipsé par la basilique et la cathédrale dans le circuit des visiteurs. Il vaut pourtant le détour pour sa façade présentant une ligne incurvé et décorée de sculptures. La nef possède 9 autels, émaillée de statues des apôtres, des peintures et une Pièta en bois du XVe siècle.
  • L’amphithéâtre de Lecce : une arène romaine du IIe siècle, déterrée seulement en 1929. Les vestiges, située dans la partie sud de la Piazza Sant’Oronzo, comprennent des escaliers, des gradins, des murs externes et des colonnes.
  • Le château Charles Quint : une forteresse du XIVe siècle parfaitement préservée avec un joli parc et un musée. Elle permettait de défendre la ville des pirates turcs. Une légende raconte que ses anciens propriétaires, la famille Orsini del Balzo, élevaient un ours blanc dans les douves afin de faire fuir les rôdeurs.
  • La Porta Napoli : la porte principale de Lecce, qui faisait partie des anciens remparts. De style baroque, elle a été construite en 1548 en l’honneur d’une visite officielle de Charles Quint.

Lecce possède aussi de nombreux musées pour combler votre agenda culture ! :

  • Le musée Faggiano : une collection archéologique révélée par le plus grand des hasards. Alors que la famille Faggiano avait effectué des travaux pour un problème de tuyauterie, elle a découvert des citernes souterraines, des tombes, un grenier à blé, des passages secrets et des artefacts remontant à 2 500 ans. Le bâtiment lui-même est chargé d’histoire, car il date de l’époque préromaine. Il a ensuite été habité par des Templiers du Xe siècle au XIIe siècle puis est devenu un couvent de moines franciscains jusqu’au XVIe siècle.
  • Le musée juif de Palazzo Taurino : qui présente l’histoire de la communauté juive de Lecce, notamment au Moyen âge jusqu’à son expulsion en 1540.

Lecce possède également de beaux havres de verdure, parfaits pour vous reposer après une randonnée citadine :

  • La Villa Communale : le poumon vert de la ville. Il est parsemé de petits senties bordés d’arbres et de parterres de fleurs, de fontaines de statues et d’étangs. Au centre de ce vaste jardin se trouve un grand kiosque à musique.
  • La réserve naturelle de Cesine : située à seulement 25 minutes de route de Lecce. Cette oasis est une succession de sentiers bucoliques, de marais, de maquis et de vastes pinèdes menant vers des plages de sable doré. C’est un paradis pour des oiseaux tels des grandes aigrettes, des flamants roses, des foulques et des martins-pêcheurs.

Otrante

livingtrulli.com

Otrante est un bourg à taille humaine située à l’extrémité de la botte italienne, dans le Salento. Derrière ses murailles, le bourg baigne dans une douce quiétude qui vous happe instantanément en arpentant son entrelacs de ruelles étroites bordées de maisons chaulées, de cafés et de boutiques. Le village est parcouru par la rivière Idro, qui s’écoule tranquillement jusqu’au port. Otrante a la particularité d’être la localité d’Italie la plus proche de l’Albanie, les deux pays étant juste séparé par un canal de 70 kilomètres de large.

Les sites immanquables à Otranto :

  • La cathédrale d’Otranto : une église du XIe siècle pourvue d’un magnifique sol en mosaïque étonnamment préservé représentant l’arbre de la vie. Elle abrite également les crânes de 813 martyrs, disposées dans un écrin de verre derrière l’autel.
  • Le château aragonais : une bâtisse fortifiée vers la fin du XVe siècle dominant la mer Adriatique. Il accueille de nombreux événements, dont le festival de Jazz qui se déroule chaque mois de juillet. Pour la petite histoire, il a donné son nom au premier roman, gothique de l’histoire : Le Château d’Otrante.
  • Le monastère de San Nicola di Casole : construit en 1098, il fut un centre culturel important en Europe. Détruit en 1480 lors de l’invasion turque, il ne reste aujourd’hui que des ruines.
  • Le Capo D’Otranto : un phare bâti en 1867, avec une vue magnifique sur l’océan turquoise. Il réunit une foule de visiteurs le 1er janvier, car c’est le première endroit en Italie qui voit poindre les premières lueurs de l’aube de la nouvelle année.

Otrante est aussi le point de départ de fabuleuses excursions :

  • La Grotta dei Cervi : cette grotte naturelle, vieille de 4 000 ans, est située au sud d’Otranto. Elle est remarquable pour ses peintures néolithiques représentant des scènes de chasse au chevreuil – d’où le nom de la grotte -, des danses et des symboles énigmatiques.
  • La Cava Di Bauxite : un magnifique lac vert émeraude enfoui dans un écrin de roches écarlates. Il s’est formé dans une ancienne mine d’extraction de bauxite.

Gallipoli

Galopolli est une localité attachante située à quelques encablures de Lecce, sur la côte ouest de la péninsule du Salento. Elle porte bien son nom, car « Gallipolli » (ou « Kallipolis) veut dire « belle ville » en grec. Son panorama urbain est divisée en deux parties : le centre historique, qui se trouve sur un îlot calcaire, relié à la ville moderne (ou Borgo) par un pont du XVIe siècle. Son riche passé historique s’exprime à travers un enchevêtrement de ruelles médiévales, des remparts, des palais et une fontaine grecque antique construite au IIIe siècle av. J.-C. Vous apprécierez également une promenade sur le port, afin d’observer les pêcheurs en train de tisseur leurs filets de pêche.

Galopolli est un passage obligé pour admirer quelques-uns des plus beaux monuments du Salento :

  • Le Castello Angioino di Gallipoli : un château construit au XIIIe siècle pour protéger la ville des invasions ennemies. Il était relié au continent par un pont-lévis.
  • La cathédrale baroque de Sant’Agata : une grande église baroque édifiée en 1629. Elle est admirable pour sa façade en pierre de Lecce et son intérieur richement décoré d’un maître-autel en marbre polychrome, de retables, de peintures et de statues de saints.
  • L’église Maria della Purità : un temple construit entre 1662 et 1665. Il est remarquable pour son intérieur orné de splendides stucs, des peintures du XVIIIe siècle, des stalles en bois polychrome du XVIIIe siècle et un sol en majolique du XIXe siècle. Il donne sur la plage du même nom.
  • L’église de San Francisco d’Assi : un sanctuaire du XVIIe siècle ponctué d’une façade pourvue d’une terrasse concave et un intérieur paré de dix autels baroques, des peintures et des sculptures de différents siècles.

Un tour des musées est également un must :

  • Le Frantoio Ipogeo : un moulin à huile souterrain, dissimulé sous le Palazzo Granafei. Vous pourrez y découvrir le processus de fabrication de l’huile d’olive dite lampante que Gallipoli exportait dans toute l’Europe.
  • Le Museo Civico « Emanuele Barba » : une collection d’objets « anciens » aussi hétéroclites qu’improbables. Parmi eux : des arquebuses du XVIIe siècle, des sarcophages messapiens, du mobilier sacré, des vêtements rococo, des pièces de monnaie ancienne, des coraux, des coquillages et… le squelette d’une baleine échoué en 1894.

Pour goûter aux plaisirs de la mer :

  • La Spiaggia della Purita (Plage de la Pureté) : la plus ancienne plage de Galipolli. C’est une étendue de sable blond bordé par des eaux cristallines. Pendant l’Antiquité, elle était équipée de cabines en bois dressées sur des pieux à l’usage des baigneurs.
  • La Spiaggia di Baia Verde : une belle plage de sable fin s’étendant sur 4 kilomètres face à une mer vert émeraude. Elle sert aussi de discothèque en plein air, où les noctambules aiment danser sous les étoiles.
  • Le lido San Giovanni : un superbe cordon de sable fin avançant vers une mer turquoise. Elle est accessible en suivant la promenade Galileo Galilei.

Que faire dans Les Pouilles ?

La région des Pouilles constitue un point de chute idéal pour des vacances tout en contrastes. Son charme s’exprime dans ses moindres recoins, si bien que dans ce décor pastoral – et de carte postale – les possibilités de s’évader sont nombreuses. Voici un aperçu des découvertes magiques qui vont rythmer votre séjour.

Le promontoire de Gargano

thegalerie.eu

Le promontoire de Gargano, parfois appelé « l’éperon de la botte italienne », est situé dans la province de Foggia. Cet impressionnant massif calcaire s’avance sur 70 kilomètres dans le mer Adriatique et abrite l’un des parcs naturels les plus importants d’Italie. En effet, il est en grande partie recouvert de la luxuriante forêt Umbra, tapissée d’orchidées printanières et refuge de nombreuses espèces d’oiseaux comme le faucon pèlerin, l’épervier et le hibou grand-duc. Le littoral ensoleillé du Gargano est jalonné de plages sauvages, de grottes préhistoriques, de lacs côtiers et de petites localités intemporelles telles Vieste, Peschici et Monte Sant’Angelo.

Le sanctuaire de l’Archange Saint-Michel

stophavingaboringlife.com

Monte Sant’Angelo est un joli village perché à 800 mètres d’altitude sur le promontoire du Gargano. Il présente des ruelles tortueuses reliées les unes aux autres par des escaliers, des maisons blanchies à la chaux, des vieilles églises et un château du Xe siècle. Son emplacement entre ciel et mer offre une vue imprenable sur la plaine du Tavoliere et le golfe de Manfredonia. Monte Sant’Angelo a la particularité d’abriter le sanctuaire de l’Archange Saint-Michel composé d’un baptistère, d’une église du XIe siècle, d’un campanile octogonal et d’une grotte à laquelle on accède par un magnifique portail en bronze fondu à Constantinople en 1076. C’est dans cette caverne naturelle que l’ange serait apparu à plusieurs reprises en 490 après J.C. à un jeune berger. Depuis, l’endroit est devenu l’un des lieux de pèlerinage les plus importants en Occident.

Les îles Tremiti

hotelcastellanapeschici.it

Le parc national de Gargano n’a pas fini de surprendre, puisqu’il englobe également l’archipel des Tremiti. Il est constitué d’un chapelet de cinq îles – San Domino, San Nicola, Capraia, Cretaccio et Pianosa – souvent surnommées « les perles de l’Adriatique » pour leurs paysages à couper le souffle. Elles arborent une belle plage sablonneuse, des criques isolées, des grottes marines, des champs de câpres et des monuments surannés. Tout y convie à une parenthèse de farniente, ponctuée par des activités aquatiques comme la baignade et la plongée sous-marine. En effet, les eaux translucides regorgent d’étoiles de mer, de tortues marines et de dauphins, ainsi que de curiosités telles des épaves et la statue submergée de Padre Pio. Vous pourrez rejoindre l’archipel en bateau depuis la commune de Rodi Garganico, au bout d’un trajet d’environ 1 heure et 30 minutes.

Les grottes de Castellane

privilegeitalia.com

Les grottes de Castellane, situées dans le village du même nom, vous embarquent dans un fabuleux voyage dans les entrailles de la Terre, à 122 mètres de profondeur. Vieilles de 90 millions d’années, elles sont constituées de galeries et de voûtes s’étendant sur 3 kilomètres de long reliées les unes aux autres par des passages étroits. Cette immense caverne est ornée de stalactites, de stalagmites et de colonnes aux couleurs et aux formes saisissantes, plongeant dans un cadre à la fois mystérieux et féerique. À la fin du parcours, vous aurez l’occasion de découvrir la fameuse Grotte Blanche, une cavité souterraine en albâtre constellée de cristaux éblouissants.

Les ravines de Laterza

laterzaturismo.com

Laterza, une ville située dans la province de Tarente, est célèbre pour son pain préparé à la manière ancestrale et aussi pour son ravin vertigineux. Celui-ci s’étend sur 12 kilomètres de long et 400 mètres de large, avec des parois escarpés atteignant en certains endroits plus de 200 mètres de haut. C’est une zone naturelle protégée, et également le deuxième plus grand canyon d’Europe. Le ravin est jalonné de corniches et de grottes, qui servaient autrefois d’habitations à la population, et sont devenus aujourd’hui une retraite paisible pour de nombreux oiseaux comme le faucon crécerelle, le vautour d’Égypte, le martinet et la cigogne noire. Vous pourrez parcourir le ravin en empruntant des sentiers de randonnée à pied, à cheval ou à dos d’âne, et pour les plus aventureux, en faisant de l’escalade afin d’admirer le somptueux panorama offert par les gorges.

Le Castel del Monte

reddit.com

Le Castel del Monte est une étape incontournable d’une échappée dans les Pouilles. Le château a été construit par l’empereur Frédéric II de Souabe en 1240 sur une colline de 540 mètres de haut dans la commune d’Andria. De ses hauteurs, vous pourrez admirer une vue mirifique sur la mer Adriatique et la vallée des Murges. L’emplacement du Castel del Monte ne serait pas un hasard, car certains historiens affirment qu’il serait situé à mi-chemin entre la cathédrale de Chartres et la Grande Pyramide de Kheops. Toutefois, le mystère ne s’arrête pas là, car la bâtisse interpelle d’emblée pour son étrange architecture. Elle a la forme d’un octogone, flanqué de huit tours octogonales à chaque angle. Ses deux étages comprennent respectivement huit pièces, qui donnent sur une cour octogonale ornée d’une fontaine… octogonale. De par son aspect insolite, le château a été classé au Patrimoine mondial de l’Humanité par l’Unesco en 1996. Autre hommage, il apparaît sur la pièce d’1 cent d’Euro italien.

Visiter les Pouilles en une semaine

Une escapade dans Les Pouilles est désormais votre priorité pour vos prochaines vacances ? Très bonne idée. Pour que votre voyage soit inoubliable, nous avons dressé pour vous un itinéraire qui vous permettra d’apprécier pleinement les charmes de la région en une semaine chrono !

  • Jour 1 : Bari
  • Jour 2 : Bari – Ostuni
  • Jour 3 : Ostuni – Lecce
  • Jour 4 : Lecce- Galippolli
  • Jour 5 : Gallipoli – Matera (en Basilicate)
  • Jour 6 : Trani

Nos bons plans pour Les Pouilles