TOP 15 des bonnes raisons d’aller visiter la Corée du Nord

Par gustavine

·

· Asie, Corée du nord

La Corée du Nord est le pays le plus opaque au monde, et véhicule une image autoritaire qui suscite généralement une certaine méfiance. Pourtant, elle ne se limite pas seulement au culte de la personnalité omniprésente sur les monuments et les affiches de propagande à la gloire de la dynastie Kim, et aux lieux interdits d’accès. La Corée du Nord est en réalité une destination aux contrastes surprenants, avec des paysages bucoliques semblant dessinés à l’aquarelle, ainsi qu’un héritage culturel et historique important. Une fascination gagnant de plus en plus de voyageurs occidentaux, qui sont environ 5 000 à s’y rendre chaque année. L’actuel président Kim Jong-un ambitionne d’ailleurs 2 millions de visiteurs d’ici 2020. Si vous souhaitez en faire partie, voici 15 endroits incontournables en Corée du Nord à découvrir absolument.

Le Grand Monument Mansudae

Le Grand Monument Mansudae est un ensemble de monuments érigé sur la colline de Mansudae, en plein cœur de Pyongyang. Il est composé de deux gigantesques statues de bronze de 22 mètres de haut, représentant Kim Il-sung, fondateur de la République populaire de Corée, et son fils Kim Jong-il. Derrière les deux dirigeants se trouve le musée de la Révolution Coréenne, dont le mur est orné d’une mosaïque représentant le mont Paetku, vénéré par les Nord-Coréens.

De part et d’autre des statues, on observe 228 sculptures en bronze de 5 mètre de haut, qui évoquent des soldats, des ouvriers et des agriculteurs alignés, brandissant le drapeau du Parti des travailleurs de Corée. Celles à droite de Kim Il-sung symbolisent la Lutte révolutionnaire antijaponaise, et à gauche, la Révolution socialiste. Le Grand Monument Mansudae est incontestablement l’un des lieux les plus sacrés de Corée du Nord, c’est pourquoi des précautions sont à prendre au moment de la visite. Il est conseillé de s’incliner devant les statues, et de déposer des fleurs à leurs pieds en guise de respect. Enfin, lorsqu’on prend des photos, il faut veiller à encadrer intégralement les statues des deux présidents.

Le lac du Paradis

Le lac du Paradis est un magnifique lac de cratère lové dans une caldeira du mont Paetku, le plus haut sommet du pays. S’élevant à 2 744 mètres d’altitude, ce cône volcanique encore actif est situé à la frontière entre la Corée du Nord et la Chine. On accède au lac en funiculaire, traversant un joli paysage composé de rizières, de forêts de bouleaux, de ruisseaux, et d’une toundra fleurie. Au fur et à mesure de l’ascension, la végétation laisse place à un décor plus désertique et lunaire, parsemé de roches ignées.

chineescapade.com

Une fois au sommet, on découvre le lac du Paradis aux reflets vert émeraude, semblant flotter dans un écrin de nuages. Il est environné de sources chaudes, réputées pour leurs vertus thérapeutiques, et d’une impressionnante cascade de 68 mètres de haut. En raison de l’altitude, il est gelé pendant une grande partie de l’année, de la mi-octobre à la mi-juin. De nombreuses légendes entourent ces lieux. Le roi Tangun, fondateur de la Corée, serait né sur le mont Paetku, tout comme le président Kim Jong-il. À la mort de ce dernier, les médias nord-coréens ont rapporté que la glace qui recouvrait le lac se serait craquelée si violemment que le bruit « semblait secouer les cieux et la terre ». Ses eaux abriteraient également une créature fantastique, appelée le « monstre du lac Tianchi ».

La place Kim Il-sung

La place Kim Il-sung de Pyongyang est située sur la rive ouest de la rivière Taedong, face à la tour du Juche. Elle est répartie sur une superficie de 75 000 m², et peut contenir jusqu’à 100 000 personnes. Elle accueille principalement les parades militaires, les rassemblements et les répétitions des spectacles du festival d’Arirang.

La place Kim Il-sung est entourée de bâtiments austères ornés d’immenses portraits de Kim Il-sung, de Kim Jong-il et de Lénine. Parmi eux, on aperçoit la Grande maison des études du peuple, considérée comme la plus importante bibliothèque du pays avec plus de 30 millions d’ouvrages, la galerie d’art coréenne qui contient une vaste collection d’œuvres réalistes socialistes, et le musée central d’histoire de Corée.

VOIR AUSSI  Voyage au Bhoutan : Une escapade magique au cœur de l'Himalaya

La tour du Juche

La tour du Juche est un monument monolithique construit en 1982 au bord de la rivière Taedong à Pyongyang, à l’occasion du 70e anniversaire de Kim Il-sung. Mesurant 170 mètres de haut, elle est composée de 25 550 blocs de granit, correspondant à chaque jour de la vie du « Président éternel » jusqu’à son inauguration. Une gigantesque sculpture de bronze de 30 mètres de haut se trouve devant la tour, qui représente un ouvrier, un paysan et un intellectuel tenant respectivement à la main un marteau, une faucille et un pinceau pour illustrer l’union des trois classes sociales.

En effet, l’édifice est un hommage au « Juche », une idéologie communiste créée par Kim Il-sung, qui pourrait se traduire par « autosuffisance » ou « autodéfense ». Cela signifie en quelque sorte qu’il est du devoir de chaque Nord-Coréen de prendre en main son destin, afin de faire de son pays une grande nation. Un ascenseur conduit jusqu’au sommet, où on profite d’une belle vue panoramique sur la capitale, notamment au moment du coucher du soleil. La tour offre également un spectacle magnifique la nuit, lorsque la torche qui la surmonte s’illumine et donne l’impression d’une flamme qui vacille dans la pénombre.

Le stade Kim Il-sung

Le stade Kim Il-sung a été bâti en 1926 à Pyongyang pendant l’occupation japonaise – c’est pourquoi l’enceinte s’appelait à l’origine « stade Kirimri ». D’une capacité de 50 000 personnes, il accueille le marathon de Pyongyang et les tournois de football locaux. Il est surtout l’antre des Chollima, la sélection nord-coréenne de football, qui y jouent la majorité de leurs rencontres à domicile.

stadiumdb.com

On peut visiter le stade, et découvrir les coulisses et les anecdotes liées à cette arène historique. Il est même possible d’assister à un match de football dans une ambiance sage, et même plutôt silencieuse, qui pourrait surprendre plus d’un fougueux supporter étranger.

L’arc de triomphe de Kim Il-sung

L’arc de triomphe de Kim Il-sung été érigé en 1982 au pied de la colline Moran, à Pyongyang, en même temps que la tour du Juche et la Grande maison des études du peuple. Cette série d’inaugurations a eu lieu en l’honneur du 70e anniversaire de Kim Il-sung, et pour commémorer son rôle héroïque dans la résistance militaire contre l’occupation japonaise entre 1925 et 1945. Cet édifice en granit blanc est directement inspiré de l’arc de triomphe de Paris.

maisondelachine.fr

Son architecture mêle d’ailleurs les styles occidentaux et coréens, avec sa façade romaine ornée de pilastres, ainsi que son toit pyramidal à trois niveaux rappelant les temples bouddhistes. Il mesure 60 mètres de haut et 52 mètres de large, ce qui en fait le deuxième arc de triomphe le plus haut au monde après le Monumento a la Revolución de Mexico. Tout comme la tour du Juche, il est composé de 25 550 blocs de pierre représentant chaque jour de la vie du leader nord-coréen jusqu’à son 70e anniversaire.

Le métro de Pyongyang

Le métro de Pyongyang est certainement l’un des plus souterrains au monde, puisqu’il se trouve à 110 mètres de profondeur. De ce fait, il sert également d’abri atomique. Calqué sur l’architecture du métro de Moscou, il a été construit entre 1968 et 1973, et est constitué de deux lignes et de 17 stations. Son décor rétro, comme figé dans le passé, est particulièrement remarquable, avec des gros lustres colorés pendant au plafond, des piliers en marbre, des statues en bronze ainsi que des murs ornés de fresques et de mosaïques de l’art réaliste socialiste.

Erick Tseng/Flickr

Les wagons en bois sont aussi d’époque, avec des sièges en daim vert. Pour la petite histoire, les rames du métro ont été fabriquées en Allemagne. Pour découvrir davantage l’histoire de ce site étonnant, un détour dans son musée est vivement recommandé. Enfin, l’heure de pointe est le meilleur moment pour y venir, afin de plonger dans l’effervescence d’une foule d’ordinaire si rangée.

L’arche de la Réunification

L’arche de la Réunification est un monument inauguré en 2001 au sud de Pyongyang, symbolisant la réunification future des deux Corées. Elle surplombe la route de la Réunification, qui relie la capitale à la Zone Démilitarisée (DMZ).

L’arche mesure 62 mètres de haut et 20 mètres de large, et représente deux sœurs jumelles – allégories de la Corée du Nord et de la Corée du Sud – tenant ensemble une carte de la péninsule coréenne unie. Cette sculpture démontre que malgré les tensions, l’espoir d’une réunification fraternelle reste toujours très présent dans les esprits en Corée du Nord.

VOIR AUSSI  Surtourisme en 2024 ? Ces lieux secrets vous surprendront !

Le palais du Soleil Kumsusan

Le palais du Soleil Kumsusan est une bâtisse implantée au nord-ouest de Pyongyang, abritant la dépouille de Kim Il-sung. Édifié en 1976, il était autrefois la résidence officielle de l’ancien président, avant d’être reconverti en mausolée par son fils et successeur Kim Jong-il en 1994 – qui y repose aussi depuis 2011. Pendant la visite, on découvre le corps embaumé de Kim Il-sung à l’intérieur d’un sarcophage en cristal recouvert d’un drapeau du Parti des travailleurs de Corée, ainsi que divers objets lui appartenant.

En effet, les pièces du palais sont tapissées de gigantesques peintures, de photos de Kim Il-sung avec des dirigeants étrangers comme Joseph Staline, Fidel Castro ou Jimmy Carter, ainsi que de diplômes, dont un certificat du Kensington University de Californie ! À l’extérieur, un joli parc fleuri, avec de petites allées bordées de fontaines, convie à la promenade. Le monument n’est toutefois accessible que les jeudis et les dimanches pour les étrangers, et dans le cadre d’une visite guidée officielle. Comme il s’agit d’un endroit sacré et solennel, il faut veiller à ne pas se vêtir de manière décontractée (jeans, chaussures ouvertes, etc.), à ne pas prendre des photos et à s’incliner respectueusement devant les statues et les dépouilles de Kim Il-sung et de Kim Jong-il.

L’USS Pueblo

Sur les quais de la rivière Botong, à Pyongyoang, on aperçoit une étrange embarcation amarrée en cet endroit depuis 2012. Il s’agit de l’USS Pueblo (ou AGER-2), un navire espion de l’US Navy Intelligence intercepté par la Corée du Nord en 1968, en pleine guerre froide. Il y avait à son bord 82 membres d’équipage, qui sont restés en captivité pendant 11 mois dans des camps, avant d’être exfiltrés vers la Corée du Sud. L’USS Pueblo est ainsi le seul bateau de la marine américaine en possession d’un autre pays, et il est même toujours officiellement en service auprès de l’US Naval Vessel Register.

Michael Day/Flickr

Considéré comme un véritable trophée de guerre, il a depuis été transformé en un musée qui accueille un millier de visiteurs par jour. On y apprend notamment la version nord-coréenne concernant la prise du cargo, et comment, contre toute attente, les Américains ont été vaincus. De cette époque troublée, on aperçoit encore les traces des balles et des shrapnels sur la coque, ainsi que les mitrailleuses.

Le tombeau du roi Kongmin

Le tombeau du roi Kongmin (ou tombe royale Hyonjongrung) est situé à 13 kilomètres à l’ouest de la ville médiévale de Kaesong. Il est composé de deux tumulus du XIVe siècle, cachés dans un écrin de verdure. Ils abritent les dépouilles de Kongmin, 31e roi de la dynastie Koryo qui a régné entre 1352 et 1374 et de son épouse, la princesse mongole Noguk.

De part et d’autre de ces monticules, on découvre des sculptures de granit de 3,3 mètres de haut représentant des lions, des moutons, ainsi que des fonctionnaires civils et des officiers militaires. On y profite également d’une jolie vue sur la campagne environnante, avec des montagnes et des vallées pavées de rizières. Le tombeau du roi Kongmin est inscrit sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 2013.

Le musée Koryo

Le musée Koryo de Kaesong est une escale culturelle incontournable pour connaître l’histoire de Koryo, un royaume établi sur la péninsule coréenne entre 910 et 1392 – et dont le mot « Corée » dérive d’ailleurs. Le musée est installé dans une ancienne école confucéenne, au cœur d’un charmant parc peuplé de zelkovas et de gingkos centenaires.

aisleseatplease.com

Le bâtiment avait été détruit par l’armée japonaise en 1592 pendant la guerre d’Imjin, avant d’être reconstruit en 1602. Lors de la visite, on peut découvrir un millier d’objets de la dynastie Koryo, dont des artefacts, des costumes, des céramiques, des armes et des livres anciens. Il est de coutume pour les jeunes mariés d’y venir prendre la pose le jour de leur union.

La Zone Démilitarisée (ou DMZ)

La DMZ désigne la frontière entre la Corée du Nord et de la Corée du Sud. Établie en 1953 suite à l’armistice de Panmunjeom, elle mesure 248 kilomètres de long et 4 kilomètres de large. Cette zone tampon est le seul endroit où les deux pays peuvent tenir des pourparlers – ce qui rappelle qu’ils sont encore techniquement en guerre. Depuis, de part et d’autre du 38e parallèle, les militaires de chaque camp lourdement armés se surveillent à travers les clôtures de barbelés. Malgré cette ambiance inquiétante, qui en fait « l’endroit le plus effrayant de la terre » selon Bill Clinton qui s’y est rendu en 1993, la ligne de démarcation attire plus de 1,2 millions de visiteurs chaque année.

Paradoxalement, les hostilités sont très rares, et il y règne une sorte de « paix », en raison de la nature environnante restée intacte. La DMZ est implantée dans un cadre verdoyant, entourée de forêts, de collines, de marais et de rivières. Plus surprenant encore, elle est même l’une des plus grandes réserves naturelles d’Asie, refuge d’espèces rares comme le tigre de Sibérie, le lynx, l’ours noir, le léopard de l’Amour et la grue de Mandchourie.

VOIR AUSSI  Thaïlande : Découvrez les plus beaux temples du pays !

Le barrage de la mer de l’Ouest

Le barrage de la mer de l’Ouest (ou mer Jaune) est situé à 15 kilomètres de la ville ouvrière de Nampho. Fondé entre 1981 et 1986 par l’Armée Populaire Coréenne, il enjambe l’estuaire de la rivière Taedong afin de créer un lac artificiel. Les Nord-Coréens sont très fiers de cette digue de 8 kilomètres de long qu’ils considèrent comme une merveille d’ingénierie. En effet, le barrage permet de fournir de l’eau et de l’électricité pour toute la région, de protéger des risques d’inondations, et d’irriguer les terres.

travel2unlimited.com

On peut profiter d’une vue panoramique sur ce vaste ouvrage depuis une plateforme d’observation sur l’île P’i Do, ou descendre jusqu’aux écluses pour assister à leur ouverture. Une vidéo est généralement présentée aux visiteurs, relatant l’héroïsme des 30 000 soldats luttant contre la mer lors de la construction du barrage. Les environs de Nampho regorgent également de petites plages de sable fin, où l’on peut goûter aux plaisirs d’un farniente inédit en Corée du Nord.

Le mont Myohyang

Le mont Myohang est l’une six montagnes sacrées de Corée du Nord, car il aurait été la demeure du roi Tangun, le légendaire ancêtre de tous les Coréens. Ses paysages sublimes sont une invite à la randonnée, avec ses forêts d’érables et de pins rouges luxuriants, ses ruisseaux clairs dévalant les pentes en petites cascades ainsi que ses prairies fleuries aux douces fragrances d’azalées et de magnolias. Cette nature préservée est habitée par une riche faune, dont le cerf musqué, la chèvre sauvage, l’ours, le léopard, l’écureuil volant, le pivert et le coucou.

goldenwaytaipei.com

L’UNESCO a d’ailleurs désigné le mont Myohang comme Réserve mondiale de la biosphère en 2009. D’autres surprises attendent les randonneurs au détour des chemins, comme l’Exposition internationale de l’amitié, un musée présentant tous les présents offerts à Kim Il-sung et Kim Jong-il par les chefs d’État étrangers, et le temple de Pohyon. Ce sanctuaire bouddhiste, fondé en 1024, comprend plusieurs portes, pavillons et pagodes, dont la plus célèbre est la pagode Sokka à 13 étages. Le temple de Pohyon abrite également une copie datée du XIVe siècle du Tripitaka Koreana, les textes sacrés bouddhiques gravés sur 80 000 tablettes en bois.

Bon à savoir

Voici quelques informations qui vous seront utiles si vous planifiez un voyage en Corée du Nord :

• Seules quelques tours-opérateurs sont habilités à organiser des voyages en Corée du Nord. L’agence KTG (North Korea Travel), par exemple, propose des circuits en français.

• Les déplacements à l’intérieur de la Corée du Nord sont limités et surveillés. De ce fait, vous serez en permanence « chaperonnés » de guides touristiques officiels.

• Les voyageurs n’ont pas le droit détenir du «won », la monnaie nord-coréenne. Les achats se règlent en euros ou en yuan.

• Pour rester en contact avec vos proches, il est possible d’utiliser un téléphone portable équipé d’une puce spéciale qui n’émet que des appels vers l’étranger. Internet est interdit, mais vous pouvez envoyer des cartes postales – qui seront bien entendu contrôlées par les autorités avant d’être expédiées.

• Vous ne serez pas définitivement coupé du reste du monde en Corée du Nord. Certains hôtels diffusent des chaînes étrangères comme TV5 Monde et la BBC.

• Il faut éviter de prendre des clichés donnant une mauvaise image du pays. Le mieux est de toujours se renseigner avant de photographier un site.

• Si vous achetez un journal montrant la photo de Kim Il-sung, de Kim Jong-il ou de Kim Jong-un, évitez de le plier ou de le jeter, car cela est considéré comme une grave offense.

• La France n’encourage pas ses ressortissants à se rendre en Corée du Nord, sauf pour « raison impérative ». Vous pourrez trouver de plus amples informations sur le site France Diplomatie.

Découvrez plus de Asie, Corée du nord