21 sites historiques à voir absolument à Lisbonne

Lisbonne, capitale du Portugal, est une ville chargée d’histoire qui a été construite sur sept collines. De nos jours, elle se visite en toute quiétude, pourtant, en son temps, elle a été la scène de plusieurs batailles, maritimes comme terrestres, d’invasions mauresques, napoléoniennes et de tremblements de terre. Plusieurs bâtiments et noms de quartiers ont conservé l’influence de l’architecture et de la langue des Maures à travers le temps. En arpentant ses rues et ruelles en pavé, vous irez à la rencontre d’édifices érigés dans une époque d’hommes mégalomanes qui vous donneront à coup sûr, pour plusieurs d’entre eux, l’impression de marcher dans une ville autrefois peuplée par des géants.

Le couvent des Carmes

Fondé en 1389, cet édifice unique en son genre vous donnera une idée de l’impact qu’ont eu les tremblements de terre du premier novembre 1755. On peut observer le phénomène dans les ruines de l’église gothique qu’il contient. Ce monument dominant le quartier de Rossio a une histoire riche de rebondissement entre utilisation religieuse et militaire. De ce fait, vous y trouverez le musée d’archéologie des Carmes ainsi que le musée de la Garde Nationale Républicaine, plus connu sous l’acronyme « GNR ».

13553396_1132938320082502_1468049657_n

L’église Saint-Roch

Construite entre 1565 et 1573, cette église est liée à la grande épidémie de peste survenue à Lisbonne. Composée de matériaux précieux (or, argent, ivoire,…), d’après ce qu’on dit, elle serait réputée pour être une des plus chère au monde. Elle abritait la Compagnie de Jésus avant que celle-ci ne soit expulsée du Portugal en 1759, elle est par ailleurs la première église jésuite construite en dehors de Rome. De style baroque, elle se situe dans le quartier de Bairro Alto et a résisté aux tremblements de terre de 1755. Appartenant à la même construction, vous y trouverez à côté le musée d’art sacré.

Igreja sao roque

L’église São Domingos

Construite dans le courant du treizième siècle et consacrée en 1241, cette église était alors la plus grande de la ville. Détruite lors des tremblements de terre de 1755, il n’en resta que le choeur. Elle fût reconstruite afin de devenir l’endroit dans lequel se firent les couronnements, les mariages et baptêmes royaux jusque 1910. Elle fût ensuite ravagée de l’intérieur par le feu en 1959. Elle fût aussi témoin d’un massacre durant l’inquisition. vous découvrirez une stèle faisant hommage aux victimes avant d’entrer dans l’édifice. Cette église a un passé chargé d’histoire et est classée dans les monuments nationaux du Portugal.

Igreja sao domingos

L’arc de triomphe de la rue Augusta

Sa première version fût construite à la suite du séisme de 1755 puis démolit avant même d’être terminée. Un peu plus d’un siècle après, en 1873, le projet reprend et aboutit en 1875. Situé à l’entrée d’une rue commerçante, il fait face à la place du commerce. Parmi les sculptures qu’il compte, on peut retrouver le célèbre Marquis de Pombal et l’emblématique Vasco de Gama. Depuis peu de temps, il y a un ascenceur donnant l’opportunité aux curieux d’observer les mécanismes de la grosse horloge présente du côté de la rue ainsi que de rejoindre des escaliers afin d’accéder à une terrasse et de profiter d’une superbe vue sur le fleuve du Tage et une partie de cette superbe ville.

Arc

L’aqueduc des Eaux Libres

Enorme monument emblématique de Lisbonne, cet aqueduc a été construit au 18ième siècle dans le but, comme vous vous en doutez certainement, d’approvisionner en eau la cité grandissante. Du fait de sa construction solide, il a résisté aux tremblements de terre de 1755 et a été en fonction jusque 1967. Encore à ce jour, il est le plus grand monument de la ville, en effet, il s’étend sur plusieurs kilomètres. On peut en visiter une partie dans le quartier d’Alcantara (où ce dernier atteint une hauteur de 65mètres), ainsi que le réservoir de Mãe d’Água situé à Amoreiras.

13553378_1132938100082524_1604118343_n

Le jardin botanique d’Ajuda

Inauguré en 1768 et réalisé à la demande du marquis de Pombal afin de dévoiler à la population de Lisbonne une flore très diversifiée provenant du monde entier. En effet, il dispose d’une grande variété de plantes et d’arbres provenant de différents continents et représentant, botaniquement parlant, le temps des grandes découvertes du Portugal. Il dispose également de plusieurs étangs et des serres ce qui en fait un endroit agréable où vous prendrez un grand plaisir à vous promener. Havre de paix la plupart du temps, il peut aussi devenir la scène de nombreux concerts en été.

13553339_1132164540159880_1915330270_n

Le palais national d’Ajuda

Il a été construit à la suite de l’incendie de 1794 qui ravagea la « Baraque Royale », ancienne demeure de la souveraineté. Pour information, vous pourrez en voir la « tour du coq » à quelques mètres du palais, elle est le dernier vestige ayant échappé aux flammes. Bâti autour d’une grande cour intérieure, l’architecture du palais est remarquable. De nos jours, la plupart de ses pièces sont reproduites à l’identique de ce qu’elles étaient à l’époque afin que le visiteur puisse se faire une idée de ce qu’était la vie de la famille royale à l’intérieur de ses murs.

Palais National d'Ajuda

Page 1 / 4