Les 15 plats les plus répugnants au monde

4 – Le pénis de yack (Tibet, Népal)

Le pénis de yack est une gâterie très populaire au Tibet, plus connue sous le nom poétique de « Dragon dans la Flamme du Désir ». Il serait excellent pour la santé, car riche en protéines, vitamines, fer et phosphore. En manger régulièrement donnerait aux femmes une peau plus satinée, et permettrait aux hommes, sans surprise, d’augmenter leur virilité.

food.detik.com

5 – Le sannakji ou le poulpe vivant (Corée du Sud)

Le sannakji est un plat traditionnel sud-coréen, qui consiste en un poulpe vivant découpé puis assaisonné avec de l’huile et des graines de sésame. Il arrive que ses tentacules continuent toutefois à frétiller, même dans l’assiette. De ce fait, il est important de bien les croquer dès la première bouchée, puis de les mastiquer longuement, car ses ventouses risqueraient de s’accrocher aux lèvres, aux palais ou pire encore à œsophage, risquant ainsi de provoquer un étouffement fatal. On dénombre environ six décès par an, en Corée du Sud, liés à la consommation de sannakji.

6 – La tarentule frite (Cambodge)

La tarentule frite est une véritable institution au Cambodge. Cette collation serait originaire du village de Skun, situé à nord de Phnom Penh, la capitale du Cambodge. On raconte que dans les années 1970, alors que le pays était encore sous la domination des Khmers rouges, les habitants de la région auraient été si désespérément affamés qu’ils auraient commencé à manger des tarentules frites. Un repas de survie qui est considéré aujourd’hui comme un véritable festin ! Ces grosses araignées velues sont assaisonnées d’ail, de sucre et de sel, puis plongées dans de l’huile bouillante jusqu’à ce que les pattes deviennent entièrement raides. Petite astuce, la partie la plus délicieuse serait l’abdomen, car il renferme les œufs et les excréments. La tarentule frite fait le bonheur des gourmets intrépides, qui comparent volontiers son goût à celui de la noisette.